29/11/2007

Une provinciale

 Yvette Maudet ce devrait être le regard de cette provinciale qui d’étonnements en coups durs, de petits bonheurs en grandes gifles regarde les couches de la société qu’elle fréquente, depuis le manœuvre de cour jusqu’à l’électricien de quartier, depuis la boulangère jusqu’à la banquière, on dirait, pense-t-elle, que tous ces gens n’aiment plus ce qu’ils font, n’aiment pas ce qu’ils font, se demande pourquoi ils vivent. Négation d’existentialisme ? On dirait des zombies totalement indépendants de leurs actes. Ils veulent quoi ? On dirait qu’ils n’aspirent même plus à la bagnole pour aller à la mer... bientôt la route de la mer sera si encombrée que personne n’y arrivera. Le bord de mer ... pourquoi croient-ils que c’est la liberté ?  On ne peut même plus promener son chien, se baigner où on le pense, courir n’importe comment. Il faut être milliardaire, aujourd’hui pour avoir un bout de mer libre. 

07:15 Écrit par Yvette dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Et bien !!! Le moral en prend un coup ...

Alléie la bonne journée Yvette, bisous.

Écrit par : Charles | 29/11/2007

Les commentaires sont fermés.