11/10/2007

Jeudi comme dans le temps

 Alors, c’est jeudi, et comme dans le temps, le jeudi, les kets avaient congé, je me suis dit que c’était normal qu’une fois de plus j’étais seule dans ce bureau de Saint Gilles. J’ai un peu classé des documents très utiles qu’on va brûler dans deux trois ans et puis je suis allée sur le Net un peu comme une exploratrice dans les anciennes histoires de Fenimore Cooper.

J’ai regardé des liens vers des Aliens étonnants, on en trouve de tous les genres, on peut même les classer, parce que souvent ils ont notes leurs signe astrologique et les hobbies qu’ils se tapent le soir et le dimanche que c’est à en pleurer. Ils se déguisent tous, c’est ridicule, ils croient que pour venir discutailler le bout de gras sur la toile, il faut montrer patte blanche et ses papiers.

Moi j’men fous, si vous n’avez pas envie de lire que j’ai habité l’Ardenne et puis la banlieue rouge et puis que j’ai été en ménâch et que maintenant je suis capitaliste, je vous emmerde, excusez-moi mais, il faut savoir cacher ses larmes et mordre sur sa chique quand on travaille chez Ketje. Je ne suis pas ici pour chercher un compagnon pour une vie, une vie, qu’est-ce , En possède-t-on plusieurs, tiens, un ami de ketje avait même dit qu’il en avait neuf, comme les chats mais que c’est sept et que c’est les queues neuf, enfin, je me comprends.

Vaut mieux que je tente de rester au boulot que ce n’est pas si mal et que je me trouve un chouette gamin pour m’amuser le soir et que je dois me mettre dans la tête que les gaillards, ce n’est pas comme les portables, il n’y a pas d’améliorations notoires en changeant de modèle. Les coco, je sens que je redresse la barre ! 

07:00 Écrit par Yvette dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.